" L' Homme outrepassé est l'hypothèse clé de la thèse du " Transhumanisme spiritualiste  
                                     ouverte sur la vision de l'Homme ultime qui outrepasse les limites 
                                     de l'humain dans la Création et prend conscience  de ses pouvoirs
                                     d'unificateur, d'ordonnateur  et de transformateur des réalités 
                                     de la Nature^pour assumer, au travers d'une 
maîtrise éthique des
                                      technologies et des sciences
, une responsabilité démiurgique 
                                      dans le devenir du Monde compris comme un Tout  organique
                                      dont l'origine, l'évolution et la  finalité sont régies par
                                      l'énergie fondamentale de l'Esprit.

                                      Cette thèse s'articule autour de trois notions  inspirées par des
                                      connaissances  qui ont marqué la possibilité pour la conscience humaine
                                      d'outrepasser les frontières de l'observation du Réel, de la
                                      compréhension rationnelle des théories scientifiques et philosophiques 
                                       et des révélations de vérités religieuses 

                       . 1-une Transhumanité pancosmiste
considérant l'humanité comme une image
                         analogique "pancosmiste" de l'Un-Tout de l'Univers englobant l'existence 
                         du macrocosme et du microcosme
auquel l'humanité s'est identifiée .
                       .2- une Spiritualité moniste supposant l'indissociabilité de l'Esprit et de la
                         Matière dans tout phénomène du Réel ,  l'Esprit représentant l'énergie
                         fondamentale qui informe(code) la Matière et gouverne l'origine , l'existence 
                         et la  fin des réalités de l'Univers (l'Un-Tout) en perpétuelle évolution 
                       .3- une  Religiosité syncrétiste qui outrepasse la relativité des croyances
                        dogmatiques des diverses religions et sectes institutionnalisées en proposant
                        une fusion syncrétiste des vérités révélées par les expériences mystiques
                        des adeptes des diverses sectes et religions, des découvertes scientifiques 
                        touchant l'origine de l'Univers et de la Vie, des pratiques de vie éthique prônées
                        par les pensées de philosophie humaniste et les traditions  de Sagesse initiatique 
                        universelle .   
                         

       - La notion de Transhumanité pancosmiste      
         Le fondement de cette notion se trouve dans la Vérité ésotérique révélée par Hermès
         Trimégiste dans la Table d'émeraude  :
        " Ce qui est en haut,(au Ciel, le Transcendant), est comme ce qui est en bas, 
         ( sur la Terre, l'Immanent ), pour faire le miracle de l'Unité."
         Ainsi est-il proposé de considérer l'humanité comme un microcosme analogue 
         au macrocosme de l'Univers . Cette analogie entre macro et microcosme conduit
         à concevoir l'entité humaine,non comme un fragment de l'Univers mais comme 
         un " hologramme " de
l'Un-Tout de l'Univers. 
         Portant en lui l'image de la totalité de l'Univers, l'Homme se présente 
         comme une image holographique de l'Univers. Cette image n'est pas à considérer
         comme une métaphore : c'est l'expression de la réalité "pancosmiste" de l'Homme
         L' Homme peut, être qualifié de  "pancosmiste "c'est-à-dire habité par
         l'idée d'un"Pancosme" qui englobe le microcosme de l'Humanité et le macrocosme 
         de l'Univers dans la réalité de l'uni-pluralité du Pancosme
       - 
La conscience du Pancosme uni-pluriel
          L'idée de Pancosme  englobant dans une même sphère d'énergies vitales tous
          les éléments composant le macro et le microcosme, ouvre à la conscience de l'Homme
          deux voies possibles de connaissance du Réel. . .
            "Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'Univers..." Cette célèbre maxime marque
           le primat de la voie de la conscience intérieure pour accéder à la connaissance
          du Réél extérieur.
           Mais la maxime peut être inversée en
          "Apprends à connaître l'Univers et  tu te connaîtras mieux toi-même "

           La connaissance de l'intériorité du Moi et celle de l'extériorité de l'Univers 
           peuvent s'associer dans un double regard , intérieur et extérieur de l'Homme, visant
           la connaissance du Pancosme dont l'humain est l'hologramme .
           Cette
idée trouve des référents théoriques "éso-exotériques" dans les religions,
            philosophies et sciences des civilisations d'Occident et d'Orient.  
           Dans la pensée occidentale cette idée peut être référée aux doctrines philosophiques
           de Platon et d'Aristote. Ces doctrines déterminent en effet la place et les limites 
          de l'Humanité dans la Nature, en reconnaissant chez l'Homme la possibilité d'outrepasser
           les limites du Réel sensible humain pour accéder à l'idéalité du Monde des Idées )
           d'une Humanité transcendante dont l'étendue physique est  matérielle et l'essence
           métaphysique spirituelle .
 ( mythe de la Caverne )

          
L'hypothèse des "cosmes " et d'un "Nooscosme" 
          Il sera associé à l'idée du Pancosme désignant l'Un-Tout unifiant  le micro 
          et le macrocosme , l'hypothèse d'existence d'une multiplicité de "cosmes ", c'est-à-dire 
          de divers domaines d'ordre cosmique
formés par des ensembles d'existants possédant
          des attributs communs interdépendants . Ces "cosmes" seraient sous-tendus
          "hypostasiés" par
l'Esprit gouvernant l'ensemble du Pancosme . Cet hypostase
           de l'Esprit ( cf Plotin ) formerait la nébuleuse d'un Nooscosme (  en référence avec la
           Noosphère de Teilhard de Chardin ) qui, enveloppant toute réalité, marque l'association
           de la Matière et de l'Esprit qui sous(sur)-tend tout le Réél.. )      
         
          Parmi la multiplicité de ces cosmes,  le Transhumanisme spiritualiste propose
          de distinguer une diversité de "cosmes" qui relient
dans des unités domaniales
          des réalités d'ordre cosmique uni-plurielles :
          les étants inertes des roches et minéraux (le lithocosme )
         . les êtres vivants ( le biocosme ),  
         .les composants matériels de l'environnement ( l'ecocosme,), 
      
 . les diverses variétés de végétaux ( le phytocosme )
         .les éléments corpusculaires infinitésimaux ( le nanocosme ) 
         .les individus humains.( l'anthropocosme ) ...
        . les diverses "races" humaines ( l'ethnocosme )
        . les diverses espèces d'animaux ( l'éthocosme )
        . les créations techniques humaines ( le technocosme) 
       .../...
          L'Humain englobe ces multiples "cosmes" qui s'emboîtent pour former l'uni-pluralité
          du microcosme.
          Au niveau de chacun des "cosmes " l'Homme manifeste des pouvoirs
          d'unificateur,d'ordonnateur et de transformateur du Monde. 
          Dans cette vision d'une pluralité de "cosmes"  composant le"pancosme" du Monde 
          le Transhumanisme spiritualiste attache une importance fondamentale aux échelles 

          de classification établie par Aristote
des divers Genres d'existants dans la Nature 
          et des formes d'Ames qui s'y rattachent, 
          Ces classifications aristotéliciennes seront rappelées ici en vue d'étayer la thèse
          du transhumanisme spritualiste :
          
         
Y a-t-il une pensée "transhumaniste" aristotélicienne ... ?
          Selon Aristote
l'échelle des Genres d'existants dans la Nature comporte les quatre
          Genres suivants:
          .
le minéral ,( genre des existants inanimés )et le végétal, l'animal , l'humain ( les trois
          genres des existants vivants ) 
          A cette échelle des Genres d'existants est reliée par Aristote
         - L' Échelle des  Formes d'Ames dans la Nature qui comporte 
           l' Ame végétative
( des plantes)  l'Ame sensitive ( des animaux )  
          l'Ame intellective (
des hommes )
   
         
     
     On peut inférer de ces classifications aristotéliciennes que l'Homme conjugue en lui 
          les quatre genres  d'existants de la Nature  et les trois formes d'Ames qui s'y rattachent . 
          L'être humain apparaîtrait ainsi comme un
analogon ( un hologramme) matériel et
          spirituel de l'Un-Tout  organique de la Nature 

          En résumé ce constat conduit à définir l'être Humain comme  une Substance
          uni-plurielle associant les constituants  des quatre genres de la Nature- minéral, végétal,
          animal, humain - et les trois formes d'âmes -végétative, sensitive et intellective - . 
          La thèse du Transhumanisme spiritualiste estime que ces trois formes d'âmes
          sont subsumées par les capacités contemplatives de l'âme intellective qui donne à
          l'Homme la capacité d'une conscience observatrice autoréflexive lui permettant une
          contemplation  "hors monde" et "hors temps"du Réel, qui est désignée par l'expression 
          de la conscience contemplative "sub specie oeternitatis" ... 

           
La contemplation du Réel hors monde et hors temps par l'Homme
            Par la capacité contemplative de son âme intellective l
'Homme a la faculté de porter 
            le regard extérieur dit "de Sirius "  d'un sujet se situant hors monde et hors temps, 
            sur les réalités macro et microcosmiques du Pancosme..
           Cette position hors temps et hors monde permet à l'Homme de contempler le Réel
            comme un ensemble pluri-unitaire sous un angle supra-temporel - "sub specie
            aeternitatis "et un point de vue outre-univers qui conduit à imaginer la réalité
            d'un "multivers" -
           L'exercice de cette contemplation hors-temps et hors-monde est à rapprocher des
            pratiques de contemplation religieuse qui conduisent  les mystiques contemplatifs 
           à une connaissance extatique de l'Ultime divin avec qui leur esprit se sent parfois, 
           le temps d'une extase, ne faire qu'Un .
           Ses facultés de contemplation des réalités naturelles et humaines " sub specie
           aeternitatis" permettent à l'Homme d'outrepasser le mental inférieur de son Moi
           matériel temporel pour accéder au mental supérieur d'un Soi spirituel supra-temporel 
          ouvert à l'Infini ( cf le sentiment océanique décrit par Romain Rolland). 
           L'âme contemplative conjugue par cette vision unitaire hors monde les dimensions
           immanentes du Moi social personnalisé ( persona =le masque ))et les dimensions
           transcendantes du Soi cosmique individué ( individu = monade indivisible ) affirmant ainsi
           l'être humain comme une substance uni-plurielle , analogon de l'Un-Tout..   
       
          L'Humain comme substance uni-plurielle

          Les expressions usuelles de genre humain et d'espèce humaine présupposent
          le rattachement des genres et des espèces de la Nature aux règnes du Minéral, du
         Végétal et de l'Animal dont le genre humain ne serait qu'un sous-groupe. 
         De ce classement des genres est induite l'idée d'une échelle hiérarchique des réalités
          de la la Nature au sommet de  laquelle figurerait l'espèce supérieure de Homme 
          qui, dominant tous les autres genres et espèces de la Nature, s'arroge le droit de les faire
          servir à l'assouvissement de ses besoins et désirs de consommation, faisant de l'être
          humain le plus grand prédateur du monde qu'il domine et ordonne .
          Ce comportement prédateur de l'Homme est lié à l'erreur de considérer les "cosmes "
          composant le microcosme humain comme un empilement de fonctions vitales dominées
          hiérarchiquement par l'Homme et non comme un emboîtement de ces fonctions englobées
          par l'être humain qui est responsable et non souverain prédateur du pancosme

         L'Humain comme prédateur ordonnateur selon les regions monothéistes 
        

          Ce rôle de dominateur exploiteur de tous les existants de la Nature aurait été attribué, 
          selon la Genèse, à l'Homme par le Créateur au sixième jour de la Création... 
          La croyance à cette volonté divine s'est révélée porteuse de nombreuses conséquences
          perverses pour tous les existants de la Création.
          La dénonciation de ces perversions fait partie aujourd'hui de la langue biologiquement,
          écologiquement et politiquement correcte en faveur du respect de la Bio-Eco-Diversité ...
 
          Le Transhumanisme spiritualiste appuie cette argumentation en se fondant sur une
          interprétation théologique de la deuxième Genèse au cours de laquelle 
          le Créateur confie à l'Homme, Adam nouveau , non pas le pouvoir de créer ni le droit 
          de dominer toutes les espèces pour assouvir ses besoins  mais le soin de les nommer ,
          c'est-à-dire de les reconnaître et de sacraliser par sa Parole leur identité et leur droit
          d'exister dans le Monde
          L'Homme crée ainsi  le "Logos" de tous les existants de la Création qu'il aura par son
          Verbe  identifiés, ordonnés , sacralisés.
  
          L'Homme devenu par le Verbe maître ordonnateur de la Création en devient également
          l'Unificateur 

          Les relations ordonnées qu'établit l'Homme dans la pluralité des genres et des espèces
          vivant dans la Nature sont régies par un  principe d'uni-pluralité  qui gouverne aussi
          bien les Réalités de la Nature que la Substance même de l'Homme
          Les deux visions métaphoriques suivantes visent à rendre compte de ce principe
          d'uni-pluralité qui gouverne aussi bien les Réalités de la Nature que la Substance
           même de l'Homme.

          La vision mosaïque de la Réalité uni-plurielle du Tout de l'Univers
          L'uni-pluralité de l'Un-Tout
de la Nature peut se comparer à une mosaïque
         composée de myriades de tesselles qui figureraient les réalités de la Nature 
         appartenant
à l'ordre des genres inanimés ou vivants, de l'Humain et du non Humain, 
         de la Matière inanimée ou animée codée par l'Esprit.. Les tesselles de cette mosaïque
          représenteraient les "cosmes" composant le Pancosme macro-microcosmique.
           Le Transhumanisme spiritualiste propose une vision holistique de l'Humanité
         qui outrepasse  les frontières entre les diverses réalités de la Nature pour aboutir 
         à une vision unitaire spectrale de l'Humanité 
       
   La vision spectrale de la Communauté transhumaniste  
          Il sera rappelé que dans la notion du spectre  des couleurs il est tenu compte à la fois
          des sept (?)couleurs identifiées, des multiples nuances  transgressant les limites 
          de chaque teinte ainsi que des réalités invisibles  de l'infrarouge et de l'ultraviolet 
          qui outrepassent les limites du spectre des couleurs visibles (pour l'humain ). 
          De même la notion de
Transhumanité pancosmiste  transgresse  les frontières 
          des multiples genres, espèces et réalités naturelles que l'Homme incarne dans son corps,
          son âme et son esprit, en les outrepassant par l'investigation des  réalités  invisibles 
          de l'Infra-Humain ( corpuscules, ondes, énergies.. )
et  de l'Outre-Humain ( déités,
         
anges, héros, sages , symboles...) qui entrent également dans la composition
          de la substance Uni-plurielle de l'Humain. .             
          Peut-on objecter que cette Substance Uni-plurielle de l' Humain comme un Tout ordonné
          risque de donner à l'identité humaine composite qu'elle suppose
, l'aspect  d'un Chaos? 
          Le Transhumanisme spiritualiste postule que l'unité de la Substance plurielle de
          l'Homme est garantie par les facultés de son Ame contemplative qui, outrepassant
           les autres formes d'âmes végétative , sensitive et intellective,  lui permettent  
          d'ordonner toutes les réalités de la création  sous les angles de vue de l'éternité
          de l'infinité et de l'équanimité.
         
      
     Et Dieu dans tout ça ?...
                         . 
          L'âme contemplative établit une vision unitaire qui conjugue les dimensions
          immanentes du Moi  personnalisé et les dimensions transcendantes du Soi individué.  
          Ces rapports interdépendants entre les réalités du macrocosme et du  microcosme .
          et le double regard immanent et transcendant qu'y projette l'Ame contemplative
          de l'Homme  posent la question de l'existence d'un principe supérieur, créateur,
          organisateur et régulateur de tous les "cosmes"du Pancosme. 
         Divers noms ont été donnés à ce principe supérieur , comme celui de Premier moteur, 
         de Nature naturante, de Principe universel , de Grand Architecte de l'Univers, de Dieu 
         dans les religions monothéistes... 
         Chacun de ces noms implique l'existence d'un pouvoir divin  inconnaissable 
         dont  l'existence ou la non existence ne peut être prouvée.
         Il n'a pas paru possible non plus de prouver ou d'infirmer les pouvoirs divins 
         dévolus à l'Homme ou au "Fils de l'Homme" d'unificateur, d'ordonnateur et 
         de transformateur de  la Nature qu'il se montre capable d'exercer en "outrepassant"
         les limites  de l'humain et du non-humain,, 
         Rien dans la Nature ne semble échapper à ces pouvoirs démiurgiques de l'Homme
         La Nature ne cesse d'être "dénaturée" par l'Homme.
      
   Qu'espérer de l'Homme ?
        Se confirmera-t-il comme Dominateur, prédateur du Monde ?
         En sera-t-il le Destructeur?
         Du constat des pouvoirs pervers de l'espèce humaine naissent des pensées nihilistes,
         catastrophistes, apocalyptiques qui nourrissent  la vision  des fins dernières du Monde 
         que précipitera la perversion des pouvoirs "mondains" de l'Homme ,          
         Ces pensées pessimistes inspirent un sentiment universel de Désenchantement .
         L'Homme se révélera-t-il comme unificateur, ordonnateur, transformateur du Monde ?
         Ces pensées optimistes inspirent la confiance dans un Réenchantement du Monde  : 
         Cette confiance est celle que portait en lui  le philosophe Kant, qui associait à sa
         contemplation admirative du Ciel étoilé,  la conscience dans son âme du Bien moral 
         La notion de la Transhumanité pancosmiste est liée au principe de la Spiritualité moniste
         qui unifie au regard de l'Homme, sous l'angle de l'éternité, les éléments de Matière 
         et d'Esprit  constitutifs aussi bien  de l'Un-Tout cosmique que de la Substance uniplurielle
         du micro-cosme humain .

       -  Au sujet de la notion de Spiritualité moniste 
           Le principe de la Spiritualité moniste est induit par le regard  hors monde et
           hors temps que l'âme contemplative de l'Homme porte sur l'Un-Tout du Réel . 
           Dans ce regard  hors espace et temps s'affirme l'émergence de "l'Homme Outrepassé"
           qui se déprend de la multiplicité des réalités conscientes du Monde pour fondre 
           sa conscience subjective dans la Conscience universelle de la nébuleuse du Nooscosme
           ( Esprit+Cosme ) qui englobe toutes les réalités du macro et microcosme 
           dans l'Un-Tout matériel hypostasié par l'Esprit .( la  notion de Nooscosme se rapprochant
           de celle de la "Noosphère" émise par Teilhard de Chardin )
           
           En promouvant la notion de Spiritualité moniste, la thèse du Transhumanisme
           spiritualiste se met en résonance avec des pensées ésotériques qui s'inspirent
           de théories philosophiques, scientifiques et éthiques postmodernes considérant
            l'unicité consubstantielle de la Matière et de l'Esprit... 
           Toute matière est consciente. L'Esprit meut la Matière ."Mens agitat Molem !"
            Toute réalité observable est  formée de Matière et d'Esprit indissociablement liés.
            Est-ce une conviction métaphysique ? une hypothèse scientifique ? une croyance
             religieuse ? 
           La thèse du Transhumanisme spiritualiste considère que l'Homme
est composé 
           de la même étoffe Matière-Esprit que le reste de l'Univers. et que l'état de conscience 
            "'Ultime" auquel il aboutit  en outrepassant" les divers degrés  de conscience
             du Réel, l'investit de l'intelligence de l'Unité plurielle de l'Un-Tout. 
            Ce concept d'"Homme Ultime" sera le phare qui éclairera la voie de la Sagesse
           du XXI ème siècle, visant à  promouvoir une  religiosité syncrétiste 
           sans laquelle notre siècle risquerait , pour reprendre les termes d'une célèbre prédiction,
           de ne pas être....
           
           -
Au sujet de la notion de Religiosité syncrétiste  

            A l'orée de ce siècle s'affirme l'opinion d'un "retour du religieux " .
            Cette opinion se fonde sur la multiplication dans le monde de faits d'intolérance et
            et de violences prosélytistes ,d'affrontements interreligieux, d'exactions intégristes, 

            de génocides, d'attentats terroristes, d'entreprises de conquêtes djïhadistes .... 
            
Des "chocs de civilisation"  sont-ils à craindre au cours du XXI ème S.,  de la rivalité
             entre les cinq principales religions du monde: Bouddhisme, Hindouisme,  ,

             Judaïsme, Christianisme, Islamisme et de la prolifération anarchique de sectes
             obscurantistes?
              Le Transhumanisme spiritualiste invite à relativiser les menaces de ce "retour du
              religieux"en  remarquant que l'augmentation de la ferveur religieuse
               militante s'accompagne en fait d'une diminution de la ferveur religieuse méditante.
              Les enquêtes sociologiques révèlent en effet le constat paradoxal de la régression 
              chez les adeptes de chacune des grandes religions de leur croyance aux dogmes 
              et de leur dévotion aux cultes et rites et la progression de leur engagement militant 
              agressif dans le monde profane.  ... 
               Il s'établit que le militantisme des adeptes des diverses religions se laïcise en
               s'orientant davantage vers le soutien profane à des objectifs d'ordre politique,
               économique, sociologique, écologique plutôt que vers le prosélytisme de dogmes
               et croyances sacrés d'ordre théologique ou éthique.
               Le magistère des diverses religions semble délaisser actuellement  le champ sacré
               de la spiritualité au privilège de son champ d'influence politique  dans le monde
                profane
                Aussi plutôt que de parler de" retour du religieux " pourrait-on faire état 
                d'une "sécularisation du religieux" liée à une "déshérence  dans le monde actuel
                de la spiritualité religieuse "
               Cette déshérence du religieux est marquée en résumé par
                une désaffection  des croyances dogmatiques, des rites religieux et des valeurs
                religieuses  éthiques qui est masquée par l'exaltation d'un militantisme religieux
                fanatique .
                A ce phénomène
s'opposerait l'émergence au XXI E s. d'une religiosité
                syncrétiste qui se distinguerait des religions dogmatiques sécularisées en s'inspirant
               de croyances spirituelles éthiques communes aux cinq religions monothéistes  et à 
               des sources  multiples de pensées et croyances spirituelles traditionnelles areligieuses .                      
  
              
             
  Les sources de pensée de la Religiosité syncrétiste                 
 
             
  La pensée individualiste de l' Homme du XXI E s. est hétérodoxe
               Elle conteste l'ortholexie , l'orthodoxie et l'orthopraxie prônées 
               par chacune des religions institutionnelles .
                Les Religions deviennent des Centres de pensées hétérodoxes dont les adeptes
                contestent le magistère des "Églises"dans les domaines de réflexion  métaphysique, 
                de connaissance spirituelle et de perfectionnement moral  tout en  soutenant 
                leur pouvoir d'influence dans le monde profane comme instruments et alibis
                idéologiques dans la réalisation de projets d'ordre politique, économique, énergétique,
                écologique ou sociologique.

                Notre siècle pourrait avoir pour charge (et pour chance?) de promouvoir
                un regain de Spiritualité qui outrepasserait l'antagonisme de la désaffection
                de la ferveur religieuse méditante et de l'exaltation de la ferveur religieuse militante, 
                en contribuant à l'émergence d'une Religiosité syncrétiste.

             -  Les sources de pensées de la  religiosité syncrétiste émergente

                Cette religiosité syncrétiste qui vise à promouvoir au XXI E s. un renouveau 
                de  spiritualité édifiée  en dehors des dogmes des religions institutionnelles
                se caractérisera par la fusion de divers aspects de pensées élaborées par
                -
le mysticisme extatique qui rend compte des diverses
                  religions  et sectes religieuses de la communauté de l'expérience dans des états
                  d'extase  de la relation possible hors des croyances des religions
                  de penseurs " fous de Dieu" héros d'une foi mystique jugés
                  comme hérétiques et souvent martyrisés par leurs coreligionnaires ( On  limitera 
                  les exemples à deux martyrs : l'un chrétien , Giordano Bruno brûlé vif en 1600
                  pour avoir affirmé sa croyance en l'infinité de l'Univers et à l'existence  possible
                  d'univers multiples( le concept de Multivers) et l'autre musulman Al Halladj
                   martyrisé pour avoir osé affirmé au mépris de la reconnaissance du sceau du
                  Prophète:" Je suis la Vérité!"....)
               -  le techno-scientisme et le philosophisme métaphysique opposant les lumières 
                  de la Raison à un soi-disant obscurantisme religieux
               -  l'humanisme initiatique prônant le respect de la dignité humaine et donnant comme
                  fondement d'une vie éthique une Loi de respect  universel des Droits et Devoirs 
                  de l'Homme. 

              -Les croyances  inspiratrices de la  religiosité syncrétiste 
                 La religiosité syncrétiste émergente s'appuie sur trois croyances qui inspirent 
                 la compréhension de l'Univers dans la  pensée de l'Homme :

                -la croyance en  l'uni-pluralité du "pancosme" que forme l'ensemble des
                 manifestations du Réel.

               - la croyance en l'indissociabilité de la Matière et de l'Esprit dans la substance
                 élémentaire de toute réalité

              -  la croyance en  l'unicité de l'origine, de l'évolution et des fins dernières 
                 des existences conjointes du Monde et de l'Homme qui  issues du Chaos 
                 du Néant (le Non-être) sont destinées à y retourner.

              -La théophanie de l'Homme Ultime 
            
l'Homm
e, hologramme de l'Univers habité de tous les degrés d'Esprit-Matière
                constituant le Réel, aura son image sacralisée par l'avènement  théophanique 
                de l'Homme Ultime.
                L'Homme Ultime figure l'image sacralisée de l'Homme parvenu à  "outrepasser"
                les limites de la connaissance du sensible, de l'intelligible et de l'indicible 
                pour accéder à une vision supra-temporelle du Monde, point Ultime de son évolution
                à partir duquel s'exercera la plénitude de ses pouvoirs démiurgiques "prométhéens"
                d'unificateur, d'ordonnateur et de transformateur du Monde qui l'investiront 
                de la puissance ultime de transformer le Monde en perpétuelle évolution.

                 -  la sacralisation de l'Homme comme un Ultime divin 
                
Une image préfiguratrice de l'Homme Ultime est donnée par la vision 
                 de l'"l'Adam Kadmon" qui s'élève, selon les théories de la Cabbale, du nadir
                 au zénith en  intégrant dans sa substance de Matière et d'Esprit la part de Sacré
                  divin de l'Homme originel.
                  Cet Homme Ultime , nouvel Adam, accomplira sa mission démiurgique sur Terre
                  en accédant à une existence hors Monde et hors Temps qui lui promet son
                  Outre-Vie  dans l'Éternité...

                                                                                                juillet 2014
                                                                             les animaux philosophes
                                                                             de l'Agora et du Café-Philo

 

 

                 

                  

 

                 

 

               
           
         
          

 

   
          

 

 

 
         . 
         

 

                  

      -